AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crise des révoltes d'esclaves ( 44 )

Aller en bas 
AuteurMessage
La Force
Admin
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Tout autour de vous et en vous

Holofiche de personnage
Appréciation générale (La Force): Je suis géniale !
Points de vie:
0/0  (0/0)
Holocrons: ∞

MessageSujet: Crise des révoltes d'esclaves ( 44 )   Mar 27 Mar - 16:38

    Fin 43, les membres de l'Alliance Galactique se réunirent lors du Sommet d'Unification de Coruscant. Les principaux alliés étaient représentés par Jagged Fel ( Empire ), Turr Phennir ( Confédération ), et Natasi Daala ( Alliance Galactique ). Ces trois personnages devaient, par leur entente, lancer un grand mouvement d'union galactique.
    Néanmoins, les opposants impériaux et les erreurs de gouvernance de Daala signèrent rapidement la fin des négociations, et le point de départ d'une nouvelle période d'incertitudes galactiques.

      Prémices

    Depuis son accession au pouvoir, en 41, sans élections ni concertation sénatoriale, Natasi Daala avait surfé sur la vague de sentiments anti-Jedi pour asseoir sa popularité. Après la Seconde Guerre Civile Galactique, les crimes de Darth Caedus, anciennement Jacen Solo, provoquèrent une série d'hostilités civiles contre le Nouvel Ordre Jedi. Elle-même étant peu friande de Jedi, Daala, arrivée au pouvoir, s'était empressée de bannir Luke Skywalker, et de le remplacer par Kenth Hamner, un maître influençable qu'elle sut manipuler avec aisance. Le Grand Maître Hamner joua le jeu du chef de l'état, allant jusqu'à se soumettre à des inspections, des mandats restrictifs, et même à assigner des observateurs permanents à ses membres en mission et dans les installations de l'Ordre. Ce dernier point provoqua néanmoins une réaction clairement indignée des Jedi, qui surent défendre leur cause devant la cour suprême de justice de l'Alliance.
    Dans l'Empire, nombre de nostalgiques et / ou de nationalistes, de tous bords politiques, voyaient d'un œil perplexe les plans de Jagged Fel. Le programme Victoire Sans Guerre leur avait déjà arraché quelques grimaces, mais le Grand Moff avait finalement choisi d'accepter l'annexion de l'Empire à un régime républicain basé sur Coruscant. Ils se savaient incapables de le faire changer d'avis sans le convaincre que son idée était dangereuse. Le Vol de la Liberté, un groupe abolitionniste fantoche, fut créé par de nombreux dignitaires impériaux, en secret, et chargé de provoquer des révoltes sur les mondes de l'Alliance pratiquant l'esclavage.

      De Klatooine au coup d'état

    Début 44, les plans du Vol de la Liberté portèrent enfin leurs fruits, sur Klatooine, d'abord, puis sur Blaudu Sextus. Daala réagit rapidement et selon ses méthodes habituelles : elle engagea les Mandaloriens pour mater Blaudu Sextus et les autres mondes révoltés, et mettre un terme rapidement à ces révoltes, avant que les nouvelles n'atteignent Coruscant. Plus que tout, elle craignait l'impact de ces révoltes sur le Sommet et sur les Jedi.
    Parmi d'autres, Blaudu Sextus connut un véritable massacre, et les Octusis furent très largement décimés. Le Nouvel Ordre Jedi finit par avoir vent de ces évènements. Jaina Solo et Saba Sebatyne, qui dirigeaient un mouvement jedi très officieux remettant en cause les décisions de Hamner, s'engagèrent immédiatement dans une grande opération de dévoilement au public et au reste de l'Ordre. Si la population galactique se montra plus ou moins affectée selon sa culture et ses opinions sur la question de l'esclavage, les Jedi, qui ne vivent que pour protéger la vie et aimer leur prochain, ne purent rester sans rien faire. Empêchés d'agir par Hamner, ils le renversèrent, et élurent Saba Sebatyne grand maître du conseil. Le premier acte de la Barabel fut d'envoyer des centaines de chasseurs furtifs et de navires de sauvetage pour combattre les Mandaloriens.
    Daala comprit rapidement que les Mandaloriens, malgré leurs talents, ne sauraient résister à tout les Jedi qui fondaient sur eux pour les arrêter. Les forces armées de l'Alliance Galactique refusèrent d'appuyer les répressions. Tandis que la pression montait au Sommet d'Unification, Daala exigea de Fel qu'il lui donne le commandement des stormtroopers pour détruire les Jedi et terminer le travail. Épris d'une Jedi, et de toute façon contre ce genre de méthodes, Fel refusa catégoriquement de collaborer avec Daala et quitta le Sommet dans l'heure. Le Sommet échoua donc, et Daala se trouva seule avec ses Mandaloriens pour lutter contre les Jedi, les esclaves, et ses armées.
    Tandis que les mondes opprimés étaient le théâtre d'âpres combats, le Nouveau Temple Jedi de Coruscant fut le lieu d'une bataille violente entre mercenaires mandaloriens et Jedi, dans une tentative désespérée de Daala pour reprendre la main. Le Haut Conseil des Jedi choisit de tenter un coup d'état, et prit contact avec l'armée et le sénat. Le Général Merratt Jaxton accepta de prendre une telle décision pour le bien de la nation et des citoyens de l'Alliance, et le Sénateur de Kuat Haydnat Treen considéra qu'il avait assez d'éléments en mains pour déposer une motion de censure contre le chef de l'état.
    Le lendemain, Natasi Daala était désavouée et renversée. Les trois leaders assumèrent la direction du Triumvirat, un organisme qui fut chargé de mettre fin à la crise en cours et de réparer les injustices passées.

      Conséquences

    La paix revenue et Luke Skywalker revenu, le Triumvirat fut dissous.
    Le Nouvel Ordre Jedi quitta Coruscant, refusant de se mêler davantage des affaires de l'Alliance et se retirant sur Ossus. De nombreux Jedi choisirent même de renoncer à leurs responsabilités au sein de l'Ordre. Jaina Solo renonça à reconsidérer la demande en mariage de Jagged Fel, faite à son arrivée sur Coruscant moins d'un an auparavant. Dans de telles conditions, elle considérait ne pouvoir choisir entre l'Ordre et l'Empire, et préféra suivre son oncle, Luke, sur Ossus.
    Après cet exil, le Sénat se prononça sur l'élection d'un nouveau chef d'état. Sous l'influence secrète du Sith Unique, un culte inconnu et discret ayant échappé à toute détection, de nombreux membres influents choisirent de soutenir et promouvoir Rorari Kem de Qaras, une ancienne meneuse d'esclaves révoltés. 'Rori' connut une hausse de popularité rapide et fut élue sans guère de surprise, sans jamais dévoiler la nature obscure de l'entité ayant pris le contrôle de son corps et de son esprit : Abeloth. Les Jedi étant loin de Coruscant et déterminés à ne plus interférer, elle avait toute latitude pour mener ses projets destructeurs.

_________________
    « La taille importe peu. Regarde-moi ! Est-ce par ma taille que tu te mesures ? Et bien tu ne le dois pas ! Car mon alliée est la Force. Et c'est de mes alliés la plus puissante. La vie la créée, la fait grandir. Son énergie nous entoure, et nous relie. Nous sommes des êtres illuminés, pas une simple matière brute. Tu dois sentir la Force autour de toi, ici, entre toi, moi, l'arbre, la roche, partout. Oui, oui, elle est même entre le sol et le vaisseau. »

    • Yoda à Luke Skywalker, an 3 après Yavin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swheritage.forumgratuit.org
 
Crise des révoltes d'esclaves ( 44 )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une crise alimentaire majeure se profile dans le Monde
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Haiti en Marche: Les " pèpè " menacés par la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars : l'Héritage :: Encyclopédie SW:H :: Encyclopédie SW:H :: Faits historiques-
Sauter vers: